Articles

Compte rendu de l’entretien de la section syndicale de Hambourg avec Monsieur Petit, député des français à l’étranger, le 23/01/2018

Monsieur Frédéric Petit (Modem) est rapporteur à l'Assemblée Nationale du budget de l'AEFE et des bourses.

Sur le fond,le SNES a de quoi être très inquiet sur ses prises de position qui sont, pour résumer :

- sa vision de l'AEFE :

l'AEFE a décidé unilatéralement un plan de réduction du budget de 60-80 millions d'euros avec la suppression planifiée de centaines de postes de détachés : cela ne s'imposait pas aux yeux de F. Petit. Les suppressions de postes ont été faites en dépit du bon sens et sans concertation avec lui-même, rapporteur du budget à l'AN. Dans l'état actuel des choses "l'AEFE va droit dans le mur". Il semble y avoir un divorce entre la direction de l'AEFE et la majorité parlementaire à l'AN.

Lire la suite...

Compte rendu de la rencontre des enseignants

avec M. Bouchard et Mme Grafto

- 2 juin 2017 -

Thèmes abordés :

1. Résidents

a) Avenir du statut de résident : inquiétudes suite aux déclarations du président Macron, au cours de sa campagne (cf. son programme : „augmenter le nombre de recrutés locaux“). Rappel du statut particulier des LFA régis par des accords binationaux soulignant que, dans les LFA, les enseignants français et allemands doivent avoir suivi une formation de niveau comparable (« Zulassung für das Gymnasium »), d'une part, et que, d'autre part, les enseignants français et allemands doivent être présents en nombre égal.

 - Pour M. Bouchard, il est important de maintenir l'équilibre au sein du réseau de 50% d'expatriés et résidents, 50% de recrutés locaux. En 2016, le nombre de résidents a baissé de 1% et a été compensé par la création de postes de RL. Il n'y a pas actuellement de perspective de baisse du nombre de résidents et l'AEFE va demander, pour l'année à venir, une augmentation du plafond d'emplois. Néanmoins, l'augmentation des besoins résultant de 2% d'élèves en plus se traduit par des créations de postes de RL.

- M. Bouchard admet qu'il faut prendre en compte la spécificité des LFA.

 b) Problème du refus de renouvellement de détachement et des demandes de détachement par certaines académies.

 M. Bouchard souligne que, cette année, le MEN a accepté de renouveler tous les détachements. Les refus de détachement ont concerné /concernent:

- les enseignants travaillant actuellement en France et ayant obtenu un poste à l'AEFE,

- les néo-titulaires.

L'AEFE n'est pas d'accord avec le MEN parce que cette politique dissuade, d'une part, les non-titulaires de passer les concours et parce que l'AEFE estime, d'autre part, qu'un enseignant ayant travaillé pendant plusieurs années en tant que RL connait la réalité du métier et ne peut plus être considéré comme néo-titulaire. Pour l'instant, les discussions entre les cabinets ministériels du MEN et des affaires étrangères sont en suspens.

L'intérêt pour les rectorats de refuser un détachement à un enseignant RL qui, suite à ce refus, ne retournera pas dans son académie est de pouvoir faire la demande d'un enseignant supplémentaire.

Mme Grafto ajoute que l'AEFE procède au recrutement des candidats suivants, lorsque la demande de détachement du candidat concerné a été refusée en recours gracieux.

 2) Recrutés locaux :

- Absence de grille de salaire pour les TRN agrégés à Munich, Sarrebruck et Fribourg :

Mme Grafto est en train de s'occuper de ce problème avec le chef d'établissement de Munich et nous informera des résultats.

 - Pass éducation refusé aux RL alors que toute la communauté éducative en bénéficie en France, depuis l'été 2016.

M. Bouchard en parlera au ministre, si possible.

 

Lire la suite...

A Hambourg du LFH au LFA : un changement de lettre pour de grandes ambitions

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible. »

Saint-Exupéry, Terre des hommes, 1939

et souhaitable

Le 31 août 2016, le jour de la pré-rentrée c’est devenu officiel : le Lycée français de Hambourg, établissement à gestion parentale deviendra à l’horizon de 2020 un lycée franco-allemand sur le modèle des 3 LFA existants, fondés à la suite du traité de l’Elysée (1963). Les LFA de Sarrebrück et Freiburg sont des établissements de statut public dans leur Land respectif, établissements à gestion directe dans le réseau des établissements de l’AEFE. La nouvelle était d’importance, pour que Madame Grafto, Conseillère Culturelle Adjointe, Déléguée de la Direction de l’AEFE à Berlin et Monsieur Suard, Conseiller Culturel, se déplacent tout exprès ce jour-là au Lycée Français pour l’annoncer aux représentants des personnels.

Si l’information ne nous a officiellement été transmise qu’à la pré-rentrée, le Comité de Gestion parental de l’établissement était déjà au courant dès le printemps 2016. Il faudra attendre ensuite la réunion d’information et d‘échanges organisée au lycée en présence des représentants de l’administration hambourgeoise (BSB) et du service culturel du 7 novembre pour apprendre que le ministre des Affaires Etrangères, Jean-Marc Ayrault a officiellement donné son accord le 17 octobre pour que des groupes de travail se constituent autour de ce projet.

Lire la suite...

Compte-rendu de l’entrevue avec Mme Gacel, proviseure du FG, le 02/12/2016

 

L’entrevue s’est tenue avec Madame Delporte, du SNES HdF et des représentants SNES du Lycée français.

Nous avons repris le problème de l’état des bâtiments . Madame la Proviseure nous affirme encore que la partie française ne peut intervenir sur les bâtiments, malgré sa bonne volonté.

A propos de la visite d’homologation, le SNES s’étonne que des EGD subissent cette visite. 4 établissements en Allemagne vont avoir/ont eu ce type de visite (Munich, Berlin, Hambourg, Düsseldorf). Madame Gacel est du même point de vue que nous : l’établissement, de par sa spécificité, n’est pas adapté au questionnaire d’homologation. Cette visite lui demande, de ce fait, un travail important.

En effet, il s’agit d’un lycée français dans une enveloppe allemande, qui prépare 3 baccalauréats dans des classes intégrées, mais qui n’est pas un lycée franco-allemand. Ce statut hybride pose d’autres problèmes que l’homologation : manque de statut juridique clair, contradictions entre les points de vue pédagogiques français et allemands, relations entre les directions ...

Le SNES était en copie de courriels qui montraient une ambiance de travail tendue à Voltaire. Madame la Proviseure nous explique qu’elle a hérité d’une situation qu’elle tente au mieux de comprendre. Elle se dit ouverte au dialogue avec les représentants de la FSU pour améliorer la situation. Elle va créer un poste d’assistant de direction pour pallier l’absence de direction à Voltaire.

A propos d’héritage de situation, nous avons évoqué le problème d’équité de traitement entre les différents personnels administratifs. Madame Gacel s’est dite consciente du problème et va y remédier le plus rapidement possible.

Donc, malgré les problèmes hérités et le travail intense qui lui est demandé, Madame la Proviseure nous a donné l’impression d’une personne ouverte au dialogue et cordiale qui, nous l’espérons, saura prendre les bonnes décisions pour l’avenir du lycée.

 

Sous-catégories