Compte rendu de l’HMIS et de l’entrevue avec la direction à Sarrebruck

le 6 juin 2013

 Lors de la réunion avec les collègues divers sujets ont été abordés. La réunion avec Madame la Proviseure, cordiale, a permis de mettre certaines choses, mais pas toutes, au clair.

En cette veille de grève, les collègues sont révoltés par le projet de baisse de l’ISVL. Ils regrettent l’absence de communication de l’AEFE et la grève du 10.06 sera majoritairement suivie. Il faut rappeler que l’Avantage Familial a été mis à 0 euros à partir de la tranche supérieure à 10 ans dans cet établissement, et que les collègues ont déjà subi des baisses successives d’ISVL. La perspective de nouvelles pertes de pouvoir d’achat ne fait que renforcer leur mécontentement.

Les personnels en contrat local ont des problèmes avec l’établissement qui les gère, Munich. Ils ont appris qu’ils dépendent du droit bavarois, que de nouvelles grilles et de nouveaux contrats sont négociés à Munich et que leur avis n’est pas demandé. Cette information est confirmée lors de l’entrevue avec Madame la Proviseure de la section française.

Autre information confirmée par la direction : suite à une erreur de Munich, les montants imposables des personnels en contrat local, fournis par l’administration, sont erronés depuis des années. Il faut donc s’attendre à une augmentation de l’imposition à partir de l’année prochaine. Là, c’est la notice explicative attendue de Munich qui n’est pas encore arrivée …

Le SNES a informé la direction du fait que les années d’ancienneté dans l’enseignement devaient être reprises rétroactivement pour les personnels engagés cette année. Madame la directrice a confirmé qu’une personne est concernée et qu’elle ferait le nécessaire.

Le SNES à réaffirmé que contrairement aux déclarations de M. Nguyen, les personnels en contrat local ont le droit de grève. (Circulaire du 14 février 1985 (B.o. Relations extérieures 10, avril 1985).
En préambule, cette circulaire affirme que " les agents publics servant à l’étranger bénéficient, comme leurs collègues en France, de l’ensemble des droits reconnus par la Constitution, les textes législatifs et réglementaires et la jurisprudence, notamment le droit de grève. ")

Le SNES a signalé à la direction que le service de gestion de l’AEFE à Nantes a appris par le SNES que la demi-heure supplémentaire attribuée aux deux LFA était pérenne. Madame la Proviseure souhaite comme le SNES une réduction des Obligations Réglementaires de Service sur MAGE car cette mesure simplifierait l’attribution de cette demi-heure, au lieu de l’ajout d’une classe virtuelle comme cela s’est pratiqué cette année dans l’urgence.

Pour la carte scolaire, Madame la Proviseure nous informe qu’elle a demandé un poste de documentaliste.

Un problème de perte de notation administrative d’une collègue a été évoqué, la direction fait de son mieux pour résoudre cette injustice.

 Lors d’une brève entrevue avec Monsieur le Directeur (Allemand) du LFA, celui-ci nous a assuré qu’ils comprenait les raisons de notre grève.