Le SNES-FSU, avec le SNUipp-FSU et le SNEP-FSU, s’est fortement mobilisé dans le réseau AEFE.

Pour et avec les personnels, nous avons mis l’accent  sur l’opposition à l’arbitraire et l’autoritarisme. En effet, des mesures sans précédent ont été prises par l’Agence avec 4 non renouvellements actés dans le second degré et une fin de mission anticipée dans le premier degré.  L’Agence fait encore plus fort en ne se soumettant pas à une décision de justice ! En effet, en référé, le tribunal administratif a donné raison au collègue résident du premier degré mais l'AEFE refuse de suivre l’injonction du juge de le remettre sur son  poste. Ces postures sont autant d’atteintes graves portées à tous les collègues. L’ensemble du réseau est concerné car elles dépassent dans leur principe le domaine individuel. Le SNES-FSU combat l’arbitraire et le non-respect des procédures qui portent directement atteinte aux personnels, tout en les fragilisant face à l’autoritarisme des hiérarchies intermédiaires.

Ces points viennent s’ajouter à l’absence de mesures fortes qui traduiraient à l’étranger la priorité à l’éducation présidentielle à l’Education. Au lieu de cela, le réseau et ses personnels sont maltraités (scandale de l’arrêté de l’avantage familial des résidents, ISVL insuffisante, notamment face à la dépréciation de l’euro). La rentrée 2015 risque fort d’être chaotique, tant les réponses qui nous sont données sur l’application des décrets MEN 2014 (ORS-missions particulières) montrent, de la part de l’Agence, un manque flagrant d’anticipation, qui générera de grosses difficultés dans le réseau.

Pour toutes ces raisons, le SNES-FSU, avec le SNUipp-FSU et le SNEP-FSU, ont décidé de ne pas participer aux 25 ans de l’AEFE. Signal fort donné à l’employeur, mais inévitable dans la mesure où ce dernier feint de ne comprendre ni d'entendre  les personnels et leurs difficultés. Sur les 25 ans, vous serez destinataires dans quelques jours de notre analyse. Nous vous proposerons également une motion-type, modifiable, qui sera envoyée à la direction de l’AEFE, et au-delà au MAEDI, aux parlementaires et aux élus. Un communiqué de presse sera également envoyé et diffusé.

Toutes ces raisons mettent l’action du 9 avril et l’appel à la grève intersyndicale dans une perspective particulière.

  • Pour combattre une situation qui n’a que trop duré,
  • Pour défendre l’établissement public et ses valeurs tels qu'ils avaient été définis il y a 25 ans,
  • Pour défendre tous les personnels qui voient leur situation bloquée par des mesures d’austérité mais aussi une absence d’écoute et de prise en compte de leurs revendications 

 Tous en grève le 9 avril dans le réseau AEFE !