Compte rendu de la rencontre des enseignants

avec M. Bouchard et Mme Grafto

- 2 juin 2017 -

Thèmes abordés :

1. Résidents

a) Avenir du statut de résident : inquiétudes suite aux déclarations du président Macron, au cours de sa campagne (cf. son programme : „augmenter le nombre de recrutés locaux“). Rappel du statut particulier des LFA régis par des accords binationaux soulignant que, dans les LFA, les enseignants français et allemands doivent avoir suivi une formation de niveau comparable (« Zulassung für das Gymnasium »), d'une part, et que, d'autre part, les enseignants français et allemands doivent être présents en nombre égal.

 - Pour M. Bouchard, il est important de maintenir l'équilibre au sein du réseau de 50% d'expatriés et résidents, 50% de recrutés locaux. En 2016, le nombre de résidents a baissé de 1% et a été compensé par la création de postes de RL. Il n'y a pas actuellement de perspective de baisse du nombre de résidents et l'AEFE va demander, pour l'année à venir, une augmentation du plafond d'emplois. Néanmoins, l'augmentation des besoins résultant de 2% d'élèves en plus se traduit par des créations de postes de RL.

- M. Bouchard admet qu'il faut prendre en compte la spécificité des LFA.

 b) Problème du refus de renouvellement de détachement et des demandes de détachement par certaines académies.

 M. Bouchard souligne que, cette année, le MEN a accepté de renouveler tous les détachements. Les refus de détachement ont concerné /concernent:

- les enseignants travaillant actuellement en France et ayant obtenu un poste à l'AEFE,

- les néo-titulaires.

L'AEFE n'est pas d'accord avec le MEN parce que cette politique dissuade, d'une part, les non-titulaires de passer les concours et parce que l'AEFE estime, d'autre part, qu'un enseignant ayant travaillé pendant plusieurs années en tant que RL connait la réalité du métier et ne peut plus être considéré comme néo-titulaire. Pour l'instant, les discussions entre les cabinets ministériels du MEN et des affaires étrangères sont en suspens.

L'intérêt pour les rectorats de refuser un détachement à un enseignant RL qui, suite à ce refus, ne retournera pas dans son académie est de pouvoir faire la demande d'un enseignant supplémentaire.

Mme Grafto ajoute que l'AEFE procède au recrutement des candidats suivants, lorsque la demande de détachement du candidat concerné a été refusée en recours gracieux.

 2) Recrutés locaux :

- Absence de grille de salaire pour les TRN agrégés à Munich, Sarrebruck et Fribourg :

Mme Grafto est en train de s'occuper de ce problème avec le chef d'établissement de Munich et nous informera des résultats.

 - Pass éducation refusé aux RL alors que toute la communauté éducative en bénéficie en France, depuis l'été 2016.

M. Bouchard en parlera au ministre, si possible.

 


 3) Avantage familial : traitement discriminatoire de certains personnels

a. L'avantage familial n'est plus versé dès que les enfants ont plus de 10 ans à Sarrebruck. Or, un enfant va en général à l'école primaire jusqu'à 11 ans, au moins, et l'école primaire française (EFSD, AEFE) de Sarrebruck est payante.

 De plus, les enseignants des LFA sont exclus des deux autres tranches parce qu'il n'y a pas de frais d'écolage dans nos collèges-lycées. Or, les collègues des établissements dans lesquels il y a des frais d'écolage percoivent l'AF jusqu'aux 21 ans révolus de leurs enfants alors que la grande majorité de ceux-ci obtiennent leur bac à 17-18 ans.

M. Bouchard est surpris, prend note et va consulter le dossier en question.

 b. L'avantage familial n'est pas versé aux collègues dont le conjoint touche le Kinderbezogener Familienzuschlag, alors que :

  • celui-ci est inférieur à l'avantage familial

  • et que l'aefe a modifié le 2002-22 pour que les fonctionnaires européens puissent, eux, cumuler ces aides.

 M. Bouchard va se renseigner.

 4) Mise en place du PPCR à l'AEFE. (Parcours professionnels, carrières et rémunérations)

 - Par qui seront évalués les enseignants de l'AEFE ?

M. Bouchard nous informe que nous serons évalués par notre supérieur hiérarchique, donc notre chef d'établissement. (cf. Décret de mai)

 - Accès au 3e grade (classe exceptionnelle) réservé en priorité aux personnels ayant enseigné en ZEP et aux formateurs, 2 critères que ne remplissent pas la majorité des résidents. Quelle mesure prévoit le PPCR pour ne pas léser les résidents et leur permettre d'accéder à ce 3e grade ?

M. Bouchard nous apprend qu'il n'y a pas encore de réponse.

 5) Formation continue

a. Suppression de la prise en charge par l'AEFE des frais de transport des stages du PAF de Strasbourg.

Comme lors de la rencontre de l'an dernier, Mme Grafto rappelle :

- le changement de cap de l'académie de Strasbourg qui entend offrir son PAF en priorité aux enseignants de son académie.

- que l'AEFE propose le PRF qu'elle finance. Les enseignants du réseau doivent faire remonter leurs besoins.

 Mme Krill souligne que les stages internes permettent de répondre aux besoins spécifiques de notre établissement.

 b. Participation des enseignants allemands des LFA au PRF 

M. Bouchard est convaincu de la pertinence de cette demande qu'il va étudier.

 c. Demande d'inscrire au PRF la rencontre des 3 LFA

M. Bouchard trouve cette requête pertinente. Il va en étudier le coût.

 

Nadège Deguilhem, S1 Sarrebruck