Questions diverses CCPL du 01 mars 2018

 

Berlin,Hambourg,Sarrebruck et Fribourg: réforme des lycées

Les enseignants du Franzoesisches Gymnasium de Berlin, des deux LFA et du futur LFA s'inquiètent de la compatibilité de la réforme du lycée en cours en France avec les structures particulières de leurs établissements (préparation au baccalauréat, au baccalauréat franco-allemand à l'Abibac et à l'Abitur dans des classes communes). Quels sont les points de vue de l'administration à ce sujet ?

Dans les LFA, la convention, très explicite, encadre le bac. A Berlin, la réforme va impacter les bacs mais on ne sait pas encore dans quelle mesure, car les projets de réforme ne sont pas encore définis.Quid de la compatibilité entre Abitur à Berlin et la réforme prévue ? Question bien en amont de la réforme dont nous n’obtiendrons les détails que cet été.

 

Hambourg,Sarrebruck et Fribourg : rapport de Monsieur Erin

Monsieur Erin a effectué une visite des LFA et futur LFA. Quel est le contenu de son rapport ?

Le rapport de M. Erin a été remis au ministre de l'éducation fin décembre. Monsieur le ministre n'a pas encore donné le feu vert pour la publication. L’Aefe n’en a pas pris connaissance.

Hambourg, futur LFA

 

Le SNES demande la garantie de la reprise des PDL par la Schulbehörde dans des conditions acceptables. Exemple : la Schulebehörde exige que les personnels français aient le niveau C1 pour être repris. Nous estimons qu'un niveau B2 est amplement suffisant. Le SCAC peut-il soutenir la demande du SNES ? Les propositions de Hambourg pour le LFA ne nous semblent pas adaptées au projet pédagogique du futur LFA à ce stade (volume horaire, place de la filière franco-allemande, etc.). Quelle est la marge de discussion avec la Schulebehörde ? Quelle place pour la filière franco-française ? Quelle sera l’implication de l'Inspection générale et de la DEGESCO dans la période de transition ?

Niveau de compétence requis : soutenir le plus haut niveau de compétence de langue du personnel : à priori un niveau B2 devrait suffire,et, en fonction de l’engagement ... atteindre un niveau C1 au bout de quelques années.

- Au poste diplomatique, on défend l'idée de défendre une filière franco-française garantissant à tous les parents français à HH de scolariser leurs enfants.

- Le Poste attend avec une certaine impatience un calendrier plus précis de la part de HH quant à l'ouverture du futur LFA et appuiera la demande des enseignants à être présents au groupe de pilotage.

Allemagne,Francfort, plan enseignement français et en français

Pourquoi Monsieur le Proviseur de Francfort a-t-il transmis aux représentants des personnels, sans commentaire, le « plan enseignement français et en français » ? Ce plan annonce des fermetures possibles de postes de résidents dans les 3 EGD en Allemagne, reprenant ainsi des idées de la mission Perret. Ce plan a été présenté partiellement aux représentants des personnels lors d’une réunion à l’issue d’une CCPL en juin 2016. Il n’était, à l’époque, pas question de suppressions de postes. Le SNES craint que la reprise des idées du rapport Perret dans ce plan soit une façon de préparer les personnels à la suppression de postes dans le réseau Allemagne. Dans ce contexte anxiogène, les personnels attendent une réponse claire de l’administration à ce sujet.

Le plan Enseignement français et en français a été diffusé suite à la demande de Mme l'Ambassadrice. Tout les chefs d'établissement ont eu pour instruction de le faire suivre aux enseignants . Il s'agit d'un plan évolutif, qui a par exemple évité la suppression de 3 écoles. Le Label les a sauvées. Le rapport Perret est oublié. Tout ce qui avait été anxiogène concernant les écoles ou rendre payants des établissements gratuits est impensable. Le plan enseignement français et en français prévoit pourtant effectivement des possibilités de suppressions de postes budgétaires: une projectionde la DGRH sur les 6 années à venir deredéploiement des postes en Allemagne dans le réseau prévoit 30 postes sur les 6 années à venir (environ 10 départs sûrs).